Fermer
www.valdeloire-france.com utilise des cookies pour optimiser votre expérience sur ce site.
En navigant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

Charles-André de Brissac

L'illustre famille des Cossé-Brissac, en Anjou


Au cœur du Val de Loire, le Château de Brissac, plus haut château de France, vous ouvre ses portes pour un accueil inoubliable.


"Virtute et tempore"

La devise de la famille Cossé-Brissac peut se traduire par « Courage et patience », elle souligne la vaillance militaire d'une famille qui ne connut pas moins de quatre Maréchaux de France en son sein dont Charles II de Brissac, gouverneur de Paris, qui permit au roi Henri IV de reprendre la capitale du royaume aux Espagnols en 1594. Il en sera doublement récompensé par le titre, de Maréchal de France et par une substantielle gratification du duc de Sully.


Retour au château

Cette gratification va permettre au duc de Cossé-Brissac d'entreprendre les travaux ambitieux qui devaient transformer une forteresse médiévale, protection désuète contre les voisins bretons, en un château digne d'un duc et pair de France. On détruisit le corps de bâtiment dont on ne conserva, provisoirement, que les deux tours en schiste noir pour élever un imposant château, dans un tuffeau blanc richement ornementé.
Le fils de Charles II, Louis décida, à la mort de son père en 1621, de stopper tous les travaux, laissant le château inachevé, dans l'état où nous le connaissons aujourd'hui, « comme une étonnante chrysalide de schiste noir, s'ouvrant pour laisser surgir un papillon blanc, déjà pourvu de son élégante décoration », ainsi que nous le décrit l’actuel Marquis de Brissac.


Un Marquis passionné

Car Charles-André de Brissac, descendant en ligne directe de René de Cossé-Brissac, est aujourd'hui l'héritier de ce magnifique château et de son domaine. A vingt-six ans, après des études commerciales, dont il dit lui-même en souriant, qu'une formation de jardinier ou de plombier lui eut été plus utile, il prit la décision de se consacrer à ce bien familial.

C'est en reprenant la devise familiale « courage et patience » et en y ajoutant sa passion personnelle que l'hôte de ces lieux a décidé de relever, depuis plus d'un quart de siècle, ce défi. A la suite de son père, le treizième duc de Brissac, Charles-André a ainsi ouvert largement les portes du château et de son domaine pour créer un lieu de visite et de découverte où l'histoire de France se mêle à une promenade romantique dans un parc offrant de magnifiques points de vue sur le château préservé.

Au fil des années, les tranches de travaux de restauration se succèdent grâce à l'apport financier des cinquante mille visiteurs annuels et des aides publiques, mais Charles-André de Brissac se sent « comme au chevet » de ce monument historique auquel il consacre une énergie de tous les instants, passant des travaux de jardinage avec de nouvelles plantations dans le parc, aux innombrables travaux d'entretien.

L'été, c'est une équipe de douze personnes, avec le marquis et son épouse, qui accueille le public sur le site, pour une visite riche d'une émotion historique transmise par les regards de cette formidable galerie de portraits des ancêtres.
Et si rien n'est acquis dans ce nouveau dévouement, le château de Brissac retrouve ainsi une animation, une âme, qui réjouit à l'évidence le maître au service de ces lieux.

Par Gérard Poitou
Les hébergements à proximité
Vous êtes plutôt hôtel, chambre d'hôtes, camping, gîte, roulotte...? Découvrez toutes nos idées d’hébergements pour votre séjour en Val de Loire.