Fermer
www.valdeloire-france.com utilise des cookies pour optimiser votre expérience sur ce site.
En navigant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

8 châteaux de la Loire à visiter autour de Tours

Voici 8 châteaux de la Loire à visiter autour de Tours. Qu’il s’agisse de votre première visite ou non, chacun d’entre eux vous réserve de belles surprises !

La Cité royale de Loches

L’élégante Cité royale de Loches qui domine la ville est l’un des châteaux de la Loire à visiter autour de Tours. Flânez parmi ses petites rues et ruelles. Elles vous conduiront jusqu’au logis royal et au donjon. L’élégante silhouette du premier contraste avec l’austérité du second. Poussez leurs portes pour entrer dans leur histoire et dans celle de leurs hôtes illustres.

C’est au logis royal de Loches que Jeanne d’Arc vint rencontrer le roi Charles VII pour le persuader d’aller se faire sacrer à Reims. Le roi séjourna également souvent au château, en compagnie de sa favorite, la belle Agnès Sorel. Son tombeau, orné d’un gisant d’albâtre, repose dans la collégiale Saint-Ours toute proche. Deux fois reine de France, Anne de Bretagne, effectua de longs séjours à Loches. C’est elle qui fit construire l’oratoire de style gothique flamboyant décoré de son emblème : l’hermine.

A quelques pas du logis royal de Loches se dresse l’imposant donjon. Haut de 37 mètres, il fut construit vers l’an Mil par Foulques Nerra. Prison royale du XVème au XVIIIème siècle, on y enferma de nombreux prisonniers. Le plus célèbre d’entre eux est le Duc de Milan, Ludovic Sforza qui y resta 4 ans. Son rang lui permit néanmoins de bénéficier de conditions de détention particulière. En effet, il était incarcéré dans une cellule privative et chauffée. Outre le fait qu’il avait le droit de sortir de sa cellule, il put aussi disposer du matériel nécessaire pour s’adonner à sa passion : la peinture. Les dessins qu’il réalisa sur les murs ont été restauré et on peut même y lire une phrase écrite de sa main. La salle des graffitis présente elle aussi le témoignage du passage de nombreux autres prisonniers anonymes.

En 2020 à la Cité Royale de Loches :  
  • Interactive et immersive, la visite avec l’Histopad® vous emmène au cœur de l’histoire de la Cité royale de Loches (tablette incluse dans le prix du billet ; si billet gratuit, tablette seule : 5,00 €)
 

Le château de Chenonceau

Parmi les châteaux de la Loire à visiter près de Tours, le château de Chenonceau, dans l’écrin de ses jardins, est un joyau de la Renaissance. Sa célèbre galerie enjambe avec grâce les eaux du Cher et lui donne cette silhouette à nulle autre comparable.

Bâti, administré et sauvé par des femmes, le château des Dames conserve le souvenir de celles qui ont veillé sur lui. Parmi elles, Diane de Poitiers, favorite du roi Henri II, fit construire le pont au-dessus du Cher. A la mort du roi, son épouse Catherine de Médicis contraignit Diane à quitter le château. Comme un écho au Ponte-Vecchio de sa ville natale, Florence, la reine fera édifier sur le pont la célèbre galerie à double étage.

Le château de Chenonceau cultive l’art du raffinement. Mobilier, tapisseries, tableaux de grands maîtres constituent une remarquable collection. Mais le château des Dames perpétue également la tradition de la décoration florale. Seul château de France à posséder son propre atelier floral, Chenonceau est toujours paré de splendides bouquets et créations florales. Au fil des saisons, bouquets printaniers, brassées de pivoines, corbeilles de dahlias et en fin d’année les compositions féeriques de Noël… sont créés et réalisés par les fleuristes dont l’un est Meilleur Ouvrier de France.  

A côté du château, les jardins de Diane de Poitiers et de Catherine de Médicis expriment la tradition française de l’art des jardins. C’est dans le Potager des fleurs que sont cultivées les innombrables variétés utilisées par l’atelier floral.

En 2020 au château de Chenonceau :
  • L’Apothicairerie de la Reine au château de Chenonceau. C’est dans le bâtiment des Dômes, à l’endroit même où elle existait, qu’a été reconstituée l’Apothicairerie de la Reine. Catherine de Médicis s’est toujours entourée de savants, d’herboristes et d’apothicaires parmi lesquels le célèbre Nostradamus ou Augier Ferrier, son médecin ordinaire. Les boiseries et vitrines de cette pièce unique proviennent d’un palais florentin. Vous y admirerez une remarquable collection de 500 flacons, pots en faïence et mortiers dont certains datent du XVIème siècle.
 

Le château du Rivau

Entouré de ses 14 jardins de contes de fées, le château du Rivau semble tout droit sorti d’une fable merveilleuse. A quelques kilomètres de Chinon, Le Rivau mêle harmonieusement art, patrimoine, jardins et merveilleux ! Un autre château de la Loire à visiter autour de Tours.

Avec ses hautes tours, son pont-levis ou ses douves qui l’entourent, le château du Rivau affiche son architecture médiévale. Dans les vastes salles du château, les œuvres d’artistes contemporains côtoient un beau mobilier gothique et Renaissance. A l’entrée de la cour, les écuries Renaissance sont parmi les plus anciennes de France. C’est ici que les chevaux destinés aux rois de France étaient élevés. Jeanne d’Arc vient d’ailleurs y chercher des destriers avant la bataille d’Orléans. A l’intérieur, les murs anciens accueillent des projections audiovisuelles qui rendent hommage à l’art équestre et aux chevaux mythiques et légendaires.

Des sculptures monumentales s’invitent dans les jardins du château du Rivau. Deux bottes immenses, un arrosoir gigantesque, une taupe géante qui émerge de la terre dans le Potager de Gargantua… Ces créations artistiques contemporaines sont installées au fil des jardins. Le jardin du Petit Poucet, le jardin des Philtres d’Amour, la Forêt Enchantée, le verger du Paradis… ces 14 jardins vous emmènent pour un voyage dans le merveilleux.

Au château du Rivau, les roses sont à l’honneur. Cette collection rassemble 450 variétés de roses sélectionnées pour leur parfum. Elles embaument les jardins de leurs fragrances délicates. The Pilgrim et ses senteurs de thé et de myrrhe affiche des pétales safran, Lady Emma Hamilton aux belles pétales orange-mandarine offre des senteurs de salade de fruits. Quant à Château du Rivau, imaginée par le célèbre rosiériste André Eve, elle étale ses jolies lianes couvertes de roses blanches au cœur d’étamines d’or et sent bon la pomme verte.

En 2020 au château du Rivau :
  • Création d’un jardin de plantes sauvages. Pour célébrer ses 20 ans d’ouverture au public, le château du Rivau crée un nouveau jardin dédié aux plantes sauvages. Au sein de cet espace, il sera possible de cueillir les plantes sous la conduite d’un professionnel. Habituellement interdite dans les jardins de château, ces cueillettes permettront de découvrir des plantes sauvages comestibles, aromatiques et parfois médicinales. Bienfaisantes et endémiques, ces plantes nourrissaient déjà l’homme au temps des chasseurs-cueilleurs.

Tout au long de la saison, le château du Rivau invitent petits et grands à profiter de ses nombreux rendez-vous : fêtes, visites costumées, ateliers…

Le Château du Clos Lucé

Voici un autre des châteaux de la Loire à visiter autour de Tours. Au cœur d’Amboise, le château du Clos Lucé fut la demeure de Léonard de Vinci. Invité en France par François 1er, le génie italien s’installe dans cet élégant château de briques roses en 1516.

De ses appartements à ses ateliers de travail restitués, la visite du château du Clos Lucé vous entraine dans l’univers du plus grand génie de la Renaissance. La vaste salle où il recevait ses hôtes, la cuisine où il dégustait les plats végétariens et diététiques préparés par sa servante Mathurine, ou sa chambre avec vue sur le château royal d’Amboise, les lieux conservent le souvenir du Maître. Au rez-de-chaussée du château, des maquettes et des animations 3D permettent de comprendre l’étendue des recherches de Léonard de Vinci.

Parfaitement restitués, ses ateliers de travail expliquent le déroulé d’une journée-type de Léonard de Vinci. Du matin jusqu’au soir, le Maître s’y installait pour travailler à ses projets et études. Des dessins, les outils de l’artiste, sa table des pigments ou la bibliothèque remplie de fac-similés et d’ouvrages anciens attestent de cette ambiance studieuse dans laquelle on peut presque le voir travailler…

A l’extérieur du château du Clos Lucé, le Parc Leonardo da Vinci évoque lui aussi les inventions du Maître. La vis aérienne, le pont tournant, le char d’assaut ou encore la roue écureuil ont été réalisés d’après des croquis de Léonard de Vinci. Fabriquées avec les matériaux utilisés à l’époque, ces machines géantes vous invitent à les actionner vous-même ! A leurs côtés, une quarantaine d’immenses toiles translucides s’affichent : portraits, regards, dessins de botanique, d’anatomie ou de génie civil et militaire vous plongent un peu plus dans les différentes études du Maître.

En 2020 au château du Clos Lucé :
  • Nouvel espace « Léonard de Vinci, Peintre et Architecte ». Au cours de l’année, le parc du château du Clos Lucé accueillera un nouvel espace culturel et muséographique. Sur 500 m², il présentera les deux facettes majeures de l’œuvre de Léonard de Vinci : Léonard de Vinci peintre et Léonard de Vinci et l’architecture.
 

Le château royal d’Amboise

Un des incontournables châteaux de la Loire à visiter autour de Tours : demeure des rois de France à la Renaissance, le château royal d’Amboise surplombe la Loire de sa haute silhouette. Du haut de ses terrasses, il offre un panorama exceptionnel sur le fleuve.  

Le château royal d’Amboise fut la résidence des rois de France aux XVème et XVIème siècles. Il vit aussi grandir les enfants royaux. Né au château, c’est Charles VIII qui ramènera d’Italie les premières influences de la Renaissance. François 1erqui y passa son enfance, s’employa lors de son règne à embellir le château où il séjournait fréquemment. Vainqueur des campagnes d’Italie, grand amateur d’art, le mécène s’entourera de nombreux artistes. Parmi eux, Léonard de Vinci qu’il invita en France et qu’il logea au château du Clos Lucé, à quelques pas du château royal.

Le château royal d’Amboise propose plusieurs formules de visites pour partir à sa découverte. Visite immersive avec l’Histopad, visite guidée ou visite libre, visite pour les familles… Elles vous invitent à parcourir le monument, des appartements royaux à la grande salle du Conseil. L’une de ces visites vous conduira des souterrains au sommet de la tour cavalière des Minimes. La rampe de cette tour permettait en effet aux cavaliers et aux attelages de rejoindre son sommet. De sa vaste terrasse, elle offre une vue imprenable sur le fleuve. Dans le parc, la chapelle Saint-Hubert abrite la tombe de Léonard de Vinci mort au château du Clos Lucé le 2 mai 1519.

Au pied du château, le jardin de Naples rappelle les origines italiennes du premier jardin réalisé par Dom Pacello de Mercogliano. Ce moine jardinier napolitain fut appelé par Charles VIII pour aménager les extérieurs du château royal d’Amboise à la fin du XVème siècle. Aujourd’hui, avec ses pots de terre cuite qui délimitent de vastes parterres, ce jardin emporte ses visiteurs dans une ambiance italienne qui rappelle celle des villas médicéennes.

En 2020 au château royal d’Amboise :
  • Découvrir le château royal d’Amboise lors d’une visite immersive ? C’est possible ! Histopad® en mains, vous vous déplacez dans des bâtiments aujourd’hui disparus. Vous découvrez comment le logis royal a été réaménagé. Des chefs d’œuvre, désormais exposés dans les musées du monde entier, retrouvent leur place initiale. Et vous faites des rencontres étonnantes comme celles des rois qui ont fait l’Histoire et celle du château !
 

La forteresse royale de Chinon

Du haut de l’éperon rocheux sur lequel elle s’appuie, la forteresse royale de Chinon domine la Vienne. Derrière ses longs remparts, cette forteresse millénaire a bien des histoires à raconter…

Composée de trois châteaux principaux : le fort Saint-Georges, le château du Milieu et le fort du Coudray, la forteresse royale de Chinon est entourée de remparts derrière lesquels elle accueillit de nombreux hôtes. Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre et époux d’Aliénor d’Aquitaine meurt à la forteresse en 1189. Quelques années plus tard, le grand maître de l’ordre des Templiers, Jacques de Molay y est emprisonné ainsi que trois autres hauts dignitaires. La tour du Coudray conserve sur ses murs leurs graffitis gravés dans la pierre. En 1429, au moment de la guerre de Cent ans, c’est à Chinon que Jeanne d’Arc vint rencontrer Charles VII.  

A partir du mois d’avril 2020, les visiteurs pourront découvrir la chambre d’Henri II Plantagenêt et d’Aliénor d’Aquitaine. Une reconstitution minutieuse qui sera composée de sièges royaux, coffres, table et lit royal recouvert de soie sauvage, de fausse fourrure et d’un tissu du XIIème siècle conservé au Musée d’Art et d’Histoire de Chinon.

Entrez au cœur de la Forteresse royale de Chinon. Histopad® en main, vous êtes en immersion au cœur de la forteresse et de son histoire. Des reconstitutions 3D à 360° vous ferons découvrir des salles transformées ou disparues. Bricole, trébuchet, canons… vous manipulerez des engins de guerre. Vous visiterez virtuellement les galeries souterraines du fort du Coudray. Une visite ludique pour toute la famille. Dispositif inclus dans le droit d’entrée du château, sans supplément. 5€ pour les personnes bénéficiant de la gratuité à l'entrée du site.

En 2020, à la forteresse royale de Chinon :
  • Elle a beau être millénaire, la forteresse royale de Chinon vous propose une visite à la pointe de la technologie ! Avec l’Histopad®, remontez le cours du temps... Découvrez huit salles aujourd’hui transformées ou disparues,  assistez à la scène de la Reconnaissance en présence de Jeanne d’Arc et du roi Charles VII  ou parcourez virtuellement les galeries souterraines du fort du Coudray !
 

Le château et les jardins de Villandry

Près de Tours, le château de Villandry est le dernier des grands châteaux construits sur les bords de Loire. A ses pieds, ses emblématiques jardins en terrasse dévoilent tout l’art des jardins à la Renaissance. Une promenade au grand air au fil de ces espaces de verdure colorés !  

L’élégante silhouette du château de Villandry fut construite par Jean Le Breton, Ministre des finances de François 1er.  Quelques siècles plus tard, Joachim Carvallo, arrière-grand-père de l’actuel propriétaire, achète le château. Avec son épouse Ann Coleman, il entreprend d’impressionnants travaux afin de redonner aux lieux ses splendides jardins Renaissance à la française.

Parmi eux, le jardin potager est sans aucun doute le plus emblématique des jardins du château de Villandry. Ses neuf carrés de taille identique forment une palette colorée qui évoluent au fil des saisons. Fleurs et légumes s’y mélangent harmonieusement grâce à l’équipe de jardiniers du château.  

A côté de ce damier de couleurs, d’autres jardins vous attendent. Au pied du château, les salons du jardin d’ornement déclinent l’Amour et la Musique. Un peu plus loin, entouré de vastes pelouses le miroir d’eau offre une promenade romantique. Quant au jardin du Soleil, installé sur la plus haute des terrasses il a été réalisé d’après des dessins de Joachim Carvallo.

Précurseur, Laurent, le chef-jardinier des jardins du château de Villandry, a depuis longtemps mis en place le bio. Les insecticides et fongicides chimiques ont été bannis.  Désormais, dans les jardins, de nouveaux insectes se sont installés et ce sont eux qui combattent les insectes nuisibles. Les outils anciens ont également fait leur réapparition comme la grelinette, la poussette ou le paroir. Une initiative qui a plu aux oiseaux qui se sont approprié les lieux. Le Château de Villandry fait désormais partie du réseau refuge LPO (Ligue de Protection des Oiseaux).  

En 2020 au château de Villandry :
  • Les journées du Potager. Les 3 et 4 octobre 2020, les jardiniers du château de Villandry vous donnent rendez-vous. Deux journées conviviales rythmées par de nombreuses animations au cours desquelles ils se feront un plaisir de répondre à vos questions.
 
 

Et très bientôt : Le château d’Azay-le-Rideau

Le château d’Azay-le-Rideau était comparé par Balzac à « un diamant à facettes serti par l’Indre ». Et pour cause, la délicate silhouette de ce château Renaissance se reflète dans le paisible miroir d’eau qui l’entoure.

Acheté au XVIème siècle par Gilles Berthelot, trésorier des finances du Roi François 1er, le château d’Azay-le-Rideau est un bijou de la Renaissance. Une restauration de grande ampleur lui a récemment permis de retrouver tout son éclat. On est séduit par ses décors délicats, par ses façades en pierre de tuffeau et par ses tourelles surmontées de toits d’ardoises.
 

 
A la Renaissance, c’est une femme, Philippe Lesbahy épouse de Gilles Berthelot, qui prend en main les travaux du château d’Azay-le-Rideau. A l’étage, sa chambre vous emmène au temps de la Renaissance. La totalité des murs y ont été tapissés de joncs tressés en utilisant les savoir-faire de la Renaissance. Cette technique permettait de conserver la chaleur dans des pièces alors très difficiles à réchauffer. Quelques siècles plus tard, la famille de Biencourt, passionnée d’art, prendra elle aussi soin du château qui a souffert des tourments de la Révolution. Le grand parc à l’anglaise qui entoure le château et ses allées de promenade seront dessinés à leur demande. Au rez-de-chaussée du château, le « Salon des Biencourt » vous plonge dans l’atmosphère feutrée et le savoir-vivre du XIXème siècle.

En 2020 au château d’Azay-le-Rideau :
  • Des visites ludiques et familiales : à l’occasion des vacances scolaires, le château d’Azay-le-Rideau propose un large éventail d’animations pour petits et grands. Des visites qu’on partage en famille pour découvrir le château d’Azay-le-Rideau et son histoire tout en s’amusant !