Fermer
www.valdeloire-france.com utilise des cookies pour optimiser votre expérience sur ce site.
En navigant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

Douce échappée dans les campagnes gâtinaises

Rassurez-vous, septembre ne rime pas qu’avec dépenses de rentrée : c’est aussi l’occasion de profiter de jolies journées à deux pas de chez soi, tandis que nos campagnes se parent de couleurs flamboyantes et mordorées. On vous emmène là où vous n’en auriez pas eu l’idée, sur un air de douce France…
 
C’est aujourd’hui à l’ombre des grandes villes, dans un Gâtinais préservé, qu’on vous amène passer la récré : à mi-chemin entre Fontainebleau et le château de St Fargeau, on prend l’itinéraire bis direction de charmants villages de la campagne française : 

Première halte à Ferrières-en-Gâtinais,

village qui mérite le détour, comme en témoigne sa labellisation « Petite Cité de Caractère » : des maisons de notables ou bâtisses plus modestes présentent des soupiraux datés, des lucarnes ouvragées, des dates de construction ou des initiales de propriétaires. L’ancienne abbaye royale rappelle son riche passé de foyer intellectuel international grâce à Charlemagne, Louis le Pieux et Charles le Chauve.
On poursuit ensuite, en direction de Château-Renard, entre Val de Loire et Bourgogne. Ce joli petit village traversé par des cours d’eau abrite les vestiges de l’ère médiévale.
Sur les bords du Canal du Loing, on arrive à Chatillon-Coligny parée d’une belle bâtisse XIXème qu’on admire derrière de hautes grilles. On s’arrête au musée pour en savoir plus sur l’archéologie, le protestantisme et les Coligny, la radioactivité naturelle Becquerel et encore le nucléaire. 

En route vers Lorris,

au cœur de la forêt d’Orléans, connue pour son Festival d’Orgue notamment. Savez-vous que l’orgue de l’église de Lorris est le plus ancien en état de jouer de France ? Que Lorris fut la 1ère commune libre au XIIème siècle, que le Roi Saint Louis y signa un traité de paix au XIIIème siècle ? N’oublions pas de visiter le musée de la résistance et de la déportation, lieu de souvenir remarquable rappelant l’histoire du Loiret, haut lieu de la résistance.
Avant même de terminer ce circuit buissonnier rondement mené, on prévoit une dernière halte à Bellegarde, non loin d’ici. C’est la cité de la rose. Les églantiers de la forêt d’Orléans sont à l’origine de cette activité horticole de grande qualité : les paysans des environs allaient en hiver y arracher des églantiers pour les revendre aux pépiniéristes orléanais, qui les greffaient et alimentaient ainsi leur production de rosiers. En plus du château à admirer de l’extérieur, voilà de quoi clore la journée en rendant visite à un rosiériste…
 
Retrouvez plus d’informations ici
 
À faire à proximité :
  • Tester un soin dans le luxuriant Jardin-Spa,
  • Pique-niquer à l’ombre des arbres au bord de la rivière à Chantecoq,
  • Faire une randonnée.