Fermer
www.valdeloire-france.com utilise des cookies pour optimiser votre expérience sur ce site.
En navigant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

Romantisme et poésie au château de Talcy

A quelques kilomètres des bords de Loire, entre Blois et Orléans, découvrez le charmant petit château de Talcy. Une jolie visite teintée de romantisme.

Une maison forte bâtie à la Renaissance

Le château de Talcy, à la silhouette étonnamment austère, fut pourtant construit au début du XVIème. Bernard Salviati, le riche banquier florentin qui achète la seigneurie de Talcy, y fait édifier une maison forte bien éloignée de l’esprit de la Renaissance qui fleurit à cette époque dans les châteaux du Val de Loire. En effet, il pare sa demeure de nombreux éléments défensifs (chemin de ronde, mâchicoulis…) qui confèrent au château de Talcy un aspect austère caractéristique de l’époque médiévale. Quelques détails viennent toutefois adoucir l’ensemble comme son élégante galerie qui court le long de l’un des corps de logis ou le joli puits coiffé d’ardoises où s’élancent des roses.

Les Dames de Talcy

L’austérité du château de Talcy n’empêchera pas Pierre de Ronsard de tomber amoureux de la fille de Bernard Salviati, la belle Cassandre. C’est pour elle, que le Prince des Poètes écrira l’un de ses plus célèbres poèmes « Mignonne, allons voir si la rose… ». Quelques années plus tard, durant les guerres de religion, le poète protestant Agrippa d’Aubigné trouve refuge au château de Talcy. Lui-aussi tombera sous le charme d’une dame de Talcy, Diane, la nièce de Cassandre…
 

 
 

Le charme d’une maison des champs

Au XVIIIème siècle, le château de Talcy et les terres qui l’entourent se transforment en un vaste domaine agricole. Ce domaine s’étend alors sur 550 hectares et compte pas moins de sept fermes. Fruits, légumes, bois, pressoir ou encore basse-cour assurent alors aux propriétaires l’approvisionnement nécessaire à leurs besoins au fil ses saisons. Le magnifique colombier qui se visite démontre d’ailleurs l’importance du domaine à cette époque. Il compte en effet 1 500 boulins. Ces derniers exprimaient alors par leur nombre, la superficie et la richesse des propriétés auxquelles ils appartenaient.
 
A l’intérieur du château, les différentes pièces témoignent de l’art de vivre au Siècle des Lumières. Office, cuisine, chambre de Charles IX ou chambre de Catherine de Médicis, cabinet de toilette, salon de compagnie ou encore salle à manger, vous découvrirez une quinzaine de pièces, toutes meublées et ornées de nombreuses boiseries, tableaux et tapisseries.
 
 

Un verger à découvrir

Sur les sept hectares que compte désormais le domaine, ne manquez pas le jardin du château de Talcy et son verger. Ici ce sont les nombreuses variétés de pommes et de poires, toutes anciennes, qui sont en vedette. Elles s’y épanouissent à côté d’autres variétés comme les prunes, les nèfles, les cassis ou encore les groseilles. Cultivées sous forme palissées par les jardiniers de Talcy, elles s’y épanouissent en diverses formes : palmettes, quatre et cinq branches, oblique, Cossonnet, U double, trident, croisillons, cordon simple et double... De véritables œuvres d’art végétales à admirer !